Ours polaires : Churchill, dernière ville sur la route de la banquise

Ours polaires : Churchill, dernière ville sur la route de la banquise

Dans la baie d’Hudson, au Canada, la ville de Churchill est la dernière étape des ours polaires qui regagnent la banquise en novembre. Reportage sur place.

La baie d’Hudson s’étend au nord-est du Canada, territoire privilégié des ours polaires. Et le mois de novembre marque l’ouverture de la chasse pour ses prédateurs qui prennent la direction de la banquise. L’ours polaire est devenu le symbole du réchauffement climatique, certains restent encore coincés au sud de la baie, près de la ville de Churchill (Manitoba), n’ayant pas terminé leur migration car la glace ne se reforme plus aussi vite qu’avant. La banquise est l’habitat naturel des ours polaires, le seul qui leur permet de se nourrir suffisamment. L’animal peut patienter jusqu’à deux mois avant de manger.

L’ours dans la ville

Churchill est la première et dernière ville sur le chemin des ours polaires en migration. La seule au monde où les ours s’approchent très près de la population. Pour ne pas les inciter à se servir en ville, les déchets ménagers sont interdits à l’extérieur, et des patrouilles sont mises en place pour prévenir les dangers. “Ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas qu’ils ne sont pas là“, explique Brett Wlock, de la patrouille de la conservatoin du Manitoba. Ne pas associer l’homme à la nourriture est une consigne vitale, mais que tous ne respectent pas. Cette période est aussi la seule durant laquelle on peut aussi observer l’espèce de très près. Des camions ont été specialement aménagés. Une fois l’animal repéré, le spectacle est total, pour le plus grand plaisir des touristes…