Recyclage: la Chine ne veut plus des déchets des autres

Recyclage: la Chine ne veut plus des déchets des autres

La Chine a décidé d’interdire l’arrivée de déchets venus de l’étranger afin de ne recycler que ses propres déchets.

Dans les ports de Chine, une véritable traque s’organise. Celle des déchets venus de l’étranger. Ici, désormais, les camions passent même au rayon X. Depuis le début du mois de janvier, Pékin ne souhaite plus recycler les déchets envoyés par containers entiers. Les sanctions seront exemplaires : minimum cinq ans de prison. Les autorités chinoises préfèrent recycler leurs propres déchets : ces montagnes d’ordures qui s’entassent encore à ciel ouvert et ravagent la lisière des villes.

Plusieurs millions de tonnes par an

Beaucoup de professionnels qui vivaient du recyclage des déchets étrangers s’inquiètent, malgré la diminution de la pollution. Pour alimenter ses usines en matériaux recyclés, Pékin importait en moyenne 30 millions de tonnes de papier et de carton usagé chaque année et 8 millions de tonnes de déchets plastiques venus des États-Unis ou d’Europe. Rien qu’en France, 170 000 tonnes de plastique usagé exportées chaque année devront s’entasser chez les recycleurs de l’Hexagone.

Recyclage : que deviennent nos déchets ?

Anthony Jolly revient sur le parcours de nos déchets dont certains sont vendus et peuvent rapporter gros.

 Qu’arrive-t-il à nos déchets ? Alors que la Chine a décidé d’interdire l’arrivée sur son territoire de déchets étrangers, le journaliste Anthony Jolly évoque le chemin de nos déchets. “Nos déchets peuvent connaître différents sorts. Un tiers d’entre eux sont stockés, enfouis, car on ne sait pas comment les traiter. Il s’agit des métaux lourds et des déchets toxiques. Un quart est incinéré, transformé en énergie, 19% triés et recyclés, 17% transformés en méthane, et 4% sont vendus à d’autres pays”, pratique désormais interdite en Chine.

Les déchets rapportent gros

Les pays qui se montrent les plus intéressés par nos déchets sont avant tout nos pays voisins. Le journaliste précise :”Les pays les plus friands de nos déchets sont les Espagnols, intéressés par le papier, la Belgique et l’Allemagne. Le marché des déchets rapporte gros : 4.6 milliards d’euros par an à la France.”

FRANCE2